Dernier édito de l'année 2017 du Marseille Chapter.

Déjà le dernier édito de l'année 2017 du Marseille Chapter.

 

Que devons nous retenir de cette année écoulée et au delà de 2017, des années passées à suivre notre Director au Road King scintillant (parfois) et au GPS jamaicain (toujours) sur les routes de notre belle région et même au delà ?

 

- les journées ou week-end passés à visiter les gorges du Verdon, les virages du Ventoux (ouh merde !!), les vieux villages du Luberon, les lignes droites de la Camargue ou saint Tropez sous l'averse ?

- les manifestations HOG ou HARLEY auxquels nous avons participé ?

- les restaurants ou pique-nique animés que nous avons partagés ?

- les soirées de fin d'année préparées avec amour et animées de la plus belle des façons par Philou et son orchestre ? 

 

Pour ma part, au delà de tous ces moments, je retiens surtout les images de nos nombreux moments de rire et de plaisir, notamment et entre autre, Quinson et sa bataille navale déclenchée par Line Rose, Morzine et son magnifique gâteau d'anniversaire et le sublime plongeon de Martine dans la piscine, la Lozère sauvage et perdue, les démonstrations de danse de Patricia et Monseigneur Serge, Barcelone et sa balade nocturne à la recherche de Philou, le baptême de l'eau pour Luc sur les routes de Saint Tropez, la délicieuse paëlla préparée par les parents de notre Director, les stationnements erratiques de l'Electra de Serge....et tant d'autres.

 

Arrêtons cette énumération à la Prevert et en résumé, je retiendrai en priorité l'amitié qui unit les membres de notre groupe autour de notre passion commune, la moto de Milwaukee, cet étât d'esprit entretenu par notre Director tout au long des kilomètres et quelques virages parcourus à essayer de le suivre.

 

Merci Patrice, merci au bureau et Merci à la First Lady pour tous ces moments.

 

Longue vie au Marseille Chapter

 

Votre dévoué Editor

Jean Claude

Lates Summer Days

LATE SUMMER DAYS PERPIGNAN

 

Vendredi 9h Rebuty, petit matin frisquet, nous arrivons bien couverts.

Le groupe est déjà là…TOUT LE GROUPE ? Non !! nous déplorons une absence.

Qu’à cela ne tienne, pour patienter notre Serge Electra nous fait profiter de ses dernières anecdotes.

9h10, enfin un Fatboy est en approche et nos retardataires font leur entrée comme des « seigneurs ».

Le groupe du vendredi matin enfin au complet, nous nous élançons direction la concession Macadam de Montpellier via la Camargue à la suite de notre road captain du jour, Luc. Notre prochaine étape, la concession Macadam et son bar pour boire le café.

Une bifurcation improbable nous sépare du groupe et nous rejoignons donc seuls par un itinéraire bis la concession en attente du gros de la troupe, qui n’arrivera jamais faute de n’avoir jamais trouvé, tel David VINCENT, cette route qui aurait pu changer beaucoup de choses … En cause , le GPS DE Luc , lequel à mon avis, lui a été prêté par notre chef !

Orphelins du groupe mais en possession des croissants destinés au petit déjeuner, nous nous consolons en prenant un café à la concession et dégustant les 16 croissants et pains au chocolat .

Nous repartons, légèrement somnolents direction Le Cap d Agde et sa steakhouse, afin de rejoindre le groupe pour le petit déjeuner, lequel ne tarde pas à enfin arriver après une visite non guidée du vieux Sete.

Le déjeuner, rapidement englouti, nous repartons direction Saint Cyprien, notre but final sous un ciel menaçant ; mais les bikers du MCS défient les éléments et nous décidons courageusement de ne pas endosser nos habits de pluie bien que certaines aient pris la précaution d’emprunter quelques sacs poubelles au restaurateur.

Nous arrivons à notre destination, le camping *** de St Cyprien en milieu d’après midi et prenons possession de nos bungalow dans un joyeux brouhaha malgré les incitations au calme prodiqués par Laure.

La fin d’après midi se déroule en découverte du camping, courses et recherche d’essence entre St Cyprien et Cannet en Roussillon, occasion d’admirer le Canigou enneigé.

Pour le repas du soir, nous trouvons un restaurant sur le port de St Cyprien ; à peine le temps de commander et nous sommes rejoints par le groupe des « tres retardataires » qui se mettent à table presque avec nous.

La fatigue aidant, la soirée se termine rapidement dans les bras de Morphée.

Samedi matin pas trop tôt, petit déjeuner chez Serge et Serge pour tout le groupe, évènement qui sonne le réveil pour tout le camping !!

Puis, départ vers Collioure et son joli petit port.

Midi, retour au site pour le repas inter chapter organisé par Perpignan et son dynamique directeur, Salvador.

Apres encore un copieux repas, promenade digestive sur le site et en fin d’après midi, les membres du chapter, Patrice, sa belle moto et son gros…. drapeau en tête, participent à la parade.

Retour au camping pour un petit reposé digestif et il est déjà l heure de diner. On est débordé !!

Et le repas du soir, alors le repas du soir, comme dit justement Line : c’est une tuerie. Dix plats de tapas à volonté avant les joues d’agneau et les lasagnes de la mer et bien sur, petit dessert à choisir entre omelette norvégienne, tatins, iles flottantes et glaces.

Le chef, au régime, se contente de trois boules glace sans chantilly, sous le regard admiratif de la first lady.

Afin de dissoudre tout ce gras dans un peu d’alcool, la soirée dans un bungalow en partageant quelques verres de digestif, chaudement serrés.

Dimanche matin, après le petit déjeuner collectif légèrement retarde par le sommeil lourd de Serge et Serge même pas dérangés par la pluie de graviers sur la toiture métallique,, il est temps de plier bagage afin de rebrousser chemin vers la maison mais un incident majeur vient perturber cette organisation sans faille : une passagère, en descendant délicatement d’une moto, fracture net la fixation du repose pied d’une HERITAGE ANNIVERSAIRE 2003 portant réputée solide !!

Afin de remédier à ça, direction le site ou le personnel de la concession de Perpignan se met en quatre pour nous dépanner. Merci à eux.

La responsable n’a plus rien mangé de la journée …

Nous pouvons enfin prendre le chemin du retour et notre guide nous promène par de sympathiques routes secondaires jusqu’ à Sete (même pas un col de 6eme catégorie)

Ce bon week end s’achève presque à Arles, la troupe se dispersant au gré des destinations finales de chacun.

Merci à tous et toutes pour ce bon week end d’amitié et n’oubliez pas, dimanche, rejoignons nous à Aubagne pour la ballade à la nouvelle concession de Toulon.

Jean Claude

Votre dévoué Editor

Les Lacs Italiens

Les Lacs Italiens

 

Alors que la canicule vient de sévir depuis une bonne dizaine de jours, en ce dernier jeudi du mois de juin, depuis la station service Agip du nord d’Aix en Provence, nous voilà partis à 7 motos notre Américain de director en tête. Nous traversons les Alpes par Briançon et Montgenèvre, puis après un déjeuner réparateur entamons l’Italie par une grande descente vers Turin. Nous y ressentons bien les marques d’un peuple de bâtisseurs, les tunnels s’enchainent tout en rivalisant de longueur : un, trois, cinq, dix kilomètres et même plus ! Alors tant pis pour les claustrophobes…

En fin d’après midi nous passons au dessus de Milan, traversons le parc régional « Campo dei Fiori », en bordure du quel nous pénétrons dans le village de Castello Cabaglio où le director de Perpignan nous accueille magistralement le verre à la main. Nous investissons ensuite notre hôtel « Icasamia », chacun y trouve rapidement sa place, chaque étage est une enfilade de pièces parfaitement rénovées en chambres, cuisines ou salles de bain, surdimensionnée et séparée par des portes penchées. Après bien des manipulations l’intérêt de telles menuiseries devient plus clair, l’atmosphère d’un certain savoir faire artisanal nous envahi, nos âmes s’apaisent… Heureux d’apprendre que nous conserverons ce refuge jusqu’à la fin du séjour, depuis l’immense terrasse perchée sur les toits, eux mêmes entourés d’une épaisse forêt de chênes, châtaignés et autres essences de toutes sortes, c’est en contemplant une carte de la région que je comprends à quel point nous sommes idéalement placés, en plein milieu des trois lacs que nous souhaitons découvrir.

Passons aux choses sérieuses : un généreux apéritif laisse place à un bon diner de pays, l’ambiance est familiale, le risotto aussi… Repus, chacun rejoint sa chambre afin de se refaire une santé en vue du lendemain qui s’annonce mouvementé, seul Patrice reste pour représenter Marseille Chapter à la Veillée des chefs !!! Elle se serait terminée vers 2h30 du matin en compagnie des gens du village, tous les alcools locaux y auraient été dégustés…

D’entrée le vendredi matin Line nous met la pression avec son lit tiré aux quatre épingles, stylisé et digne des plus étoilés. Mais c’est bien grâce à elle et son caractère de fouineuse que son petit rire communicatif nous guide jusqu’aux sous-sols de l’hôtel. Là, après un vertigineux escalier, nous entrons dans le monde des pierres de taille ; et elle nous fait la visite d’un dédalle de voutes dans lesquelles se dissimule une série de bijoux composés de sauna, Hamann, douches, salle de massage et autres…

Après un petit déjeuner toujours familial, c’est dans une forme relative que notre director nous entraîne à l’assaut du lac Majeur. Moins encaissé et plus lumineux que le lac de Côme, il s'étire sur 65 km de long entre le canton du Tessin et la province de Lombardie, sa plus grande largeur est de 5 km pour une profondeur maximale de 372 m. Le niveau de son plan d'eau se situe à 193 mètres d'altitude, ses rivages sont d’ailleurs la partie la plus basse du territoire Suisse. Nous l’abordons par Laveno-Mombello via Luino où nous parquons nos rutilantes mécaniques. Sous la bienveillance de Philippe nous empruntons ensuite un car-ferry pour changer de rive, puis un bateau pour aller visiter une des îles Borromées,  L’ Isola Bella. Si chacun la parcours à son rythme, tout le monde est à l’heure pour reprendre un bateau afin d’aller déjeuner à Intra. Mais retour à la vraie vie, nos bicylindres nous manquent et encore plus leurs vrombissements ! Alors nouvelle traversée et direction Lugano pour les faire pétarader au rassemblement Harley Davidson. Nous y croisons des électrons libres de notre club et y dînons. Le retour dans notre repère se fait de nuit ; tien, les suisses ont conservé leur frontière…  A destination les bikers se font discrets de peur d’être désignés pour la Veillée des chefs…

Nous consacrons notre samedi au lac de Côme dans les Préalpes italiennes. A cheval sur les provinces de Côme et de Lecco il se situe à 201 m d'altitude, en forme d’un Y renversé son pourtour est de 140 km. Nous y arrivons par le sud, tout comme par hasard à Côme ! Nous visitons le centre ville et sa majestueuse cathédrale Santa Maria Assunta surmontée de son imposant dôme haut de ses 75 mètres. Après le déjeuner nous parcourons la rive ouest avant d’aller rejoindre à nouveau la concentration sur les rives du lac de Lugano. Chacun s’y diverti à sa façon jusqu’à ce qu’un irrésistible désir d’intimité nous envahi tous, alors retour dans notre repère… Si l’apéro et le dîner reste sage, la suite tourne à l’hystérie ! Mais quelle mouche nous a piqués ? Certainement l’appréhension du dernier soir… Dans le petit restaurant de village des chants improvisés fusent : « Et Viva Espagna !!! », cherchez l’erreur… Jusqu’à la formation de farandoles initiées dans l’hôtel par Line malgré le grand désarroi des voisins ! Sacrée Line…

Dimanche le retour : Nous avons eu le privilège de côtoyer la beauté des lacs du nord de l'Italie qui, formés à la fin de la dernière période glaciaire, fascine les vacanciers depuis l’époque romaine. La nature a fini par remplir d’eau l’empreinte des géants de glace disparus, jusqu’à alimenter le fleuve Pô par débordement… Aujourd’hui une explosion de couleurs méditerranéennes faite de camélias, de lauriers-roses et de palmiers luxuriants entoure les lacs d’un bleu azur. Des bateaux de pêche se balancent doucement dans de petites criques, des palais semblent flotter au-dessus de l’eau, des églises rustiques s’agrippent à flanc de falaise et des hôtels de la Belle Époque bordent le rivage. Alors oui nous avons succombé à ces charmes ! Avec même l’aide de dame Nature puisqu’au final elle nous a très peu mouillés...

Alors que presque la moitié du groupe poursuit ce périple Italien, plein d’obligations l’heure de rentrer sonne pour les autres. Si à travers les Alpes le trajet vers Marseille reste exceptionnel, un brin de nostalgie accroché à nos machines s’invite pour nous tenir compagnie…

 

Go to Old School Day

Dimanche 4 juin

La Sortie des 13 Desserts

 

9h50, nous arrivons à Agip Celony, déjà beaucoup de bikers du MC présents, heureux de se retrouver et piaffant d’impatience.

Nous alignons nos bêtes d’acier et de chromes à côté de quelques japonaises qui ne devraient pas tarder à se gondoler sous le chaud soleil printanier annonçant une belle journée.

L’équipe rapidement au complet, la douzaine de motos peut s’élancer derrière Patrice et son GPS jamaïcain, avec une mention pour notre seule Lay on wheels du jour, j’ai nommé Béa.

Patrice nous promène dans l’arrière-pays verdoyant après l’orage nocturne.

Déjà Vauvenargues, le barrage de Bimont, ah il est fort ce GPS, il se débrouille pour nous trouver un col pour aller de Aix à Aix !!

Après avoir avalé les virages du Sambuc (tiens, personne ne fait racler les cale-pieds, c’est vrai, Thierry n’est pas là), nous voilà de nouveau au barrage de Bimont (cherchez l’erreur).

Notre ballade s’achève d’ailleurs là et à notre arrivée à Bimont, nous sommes accueillis par Patricia et Serge (mais sans sa belle chemise qui a contribué à sa réputation de latin lover hawaïen auprès des habitués du Chabada).

Une fois les motos alignées sur le parking, la troupe s’installe dans l’herbe pour pique niquer; Timber Fred fraîchement rentré du Canada, se chargeant de déplacer quelques troncs afin de permettre à ces dames de s’assoir.

Pique nique rapidement englouti, les participants étant apparemment pressés de goûter à la ronde des pâtisseries concoctées par nos Ladies… et Fred et Bernard.

Des goûteurs innocents sont choisis (Gégé, Béa … et Manu, cherchez l’erreur) ayant en charge de noter les qualités culinaires de nos masterchefs.

Le clafoutis de Patricia rend les gouteurs heureux, la famille de hérissons de Line est un émerveillement pour nos yeux et nos papilles, le brownie de Brigitte fond en bouche et les cannelés de Fred, ah les cannelés de Fred, comme l’a si bien dit Line « c’est une tuerie ».

Bien que n’ayant pas été désigné juge, Patrice soupe aux choux se fait un devoir de tout gouter, Director oblige.

Une demi-heure et deux kilos plus tard, alors que chacun commence à s’assoupir à l’ombre des pins de la Sainte Victoire, notre gourmand mais lucide Director sonne le réveil et nous exhorte à remonter sur nos montures afin de franchir le dernier obstacle qui nous sépare de notre destination finale, Chateauneuf le Rouge, à quinze kilomètres de là.

En avant pour le col des Portes, beurk !!!

Le col franchi, nous voilà rendus … ah mais non, une petite boucle par Trets, au rond point suivant un panneau indique « Savone – 15 kms ». Doit-on s’inquiéter, Chef ?

Mais finalement au crépuscule, nous arrivons à la manifestation.

Gros rassemblement de motos, Mustang, pick up surbaissés, pin up suréquipées, le tout dans un magnifique parc avec en fond sonore la musique des Stones.

 

 

 

 

 

 

 

Après une promenade digestive au milieu des stands, notre équipe repart direction Fuveau et son « Bar de la Place » où nous buvons le dernier verre, en finissant les gâteaux, Bernard héritant du dernier cannelé (veinard).

Ce fût encore une journée bien remplie pour les bikers du Marseille Chapter.

A dimanche 11 juin pour les participants à la balade Camargue et bon voyage à nos amis qui vont écumer le sud américain.

Et pour le fun, ci-après un lien faisant revivre un grand moment de la culture biker.

 

https://www.youtube.com/watch?v=eEM-9n9m310&feature=share

 

 

Votre toujours dévoué Editor

Jean Claude

 

Les Châteaux Cathares 2017

Au Pays CATHARE

 

En cette belle journée de la fin du mois de mai, c’est depuis l’aire de Rebuty qu’enfourchés sur nos 5 monstrueux bicylindres nous partons vers le pays des Cathares. Après Arles, au premier péage nous récupérons Thierry seul sur sa monture, la température s’annonce plus qu’estivale !

Martigues, Arles, Nîmes, Montpellier, enfin nous laissons définitivement derrière nous les grandes routes pour entrer dans le parc naturel régional du Haut Languedoc, un simple avant goût avant notre premier déjeuner. Nous nous installons à l’hôtel restaurant « Belleville » de Lamalou-les-Bains : Très bon, très fin, très copieux, tant pis pour les obsédés de la balance… Servis par l’arrière-arrière, et même plus, petit fils du propriétaire, nous y sommes bien reçus. Le père de ce dernier profite même de notre passage aux toilettes pour nous faire découvrir leur galerie de famille composée de photos de leur établissement datant de  1900.

Dés que nous repartons, là nous sommes bien dans l’ambiance, oui c’est pour ça que nous sommes venus… Mais que la France est belle ! Sans le moindre avertisseur nous voici plongés en montagne, les arbres sont forts et hauts, leur ombre puissante ! Et nous enchaînons les virages les un après les autres comme si nous étions dans les Alpes, voir à Séquoias Parc…

En poursuivant nous ne pouvions pas passer à Carcassonne sans en visiter ses si célèbres remparts. Un trio se porte volontaire pour surveiller nos machines, enfin c’est ce qu’ils disent, tandis qu’une heure durant le reste du groupe vaque dans la cité médiévale.

Le soir à l’Hôtel du Canal de Castelnaudary c’est particulier. Sans assurer le service le propriétaire fournit les alcools, la braise, la viande et le gratin dauphinois ; en bonne quantité ! Mais comme notre director n’aime pas l’improvisation, il anticipe de son côté avec un généreux complément de saucisses de toutes sortes ; et les kilos s’installent… Imaginé par Auguste, Néron, Charlemagne et bien d’autres, en 1662 Pierre-Paul Riquet l’a réalisé ! Le Canal du Midi relie Toulouse à la Méditerranée, puis au 19eme siècle connecté au canal de la Garonne, il devient la voie royale entre la mer et l’océan. Rendez vous compte le progrès !! Et des andouilles aux ventres bien remplis se permettent aujourd’hui de le tourner en dérision en faisant les « Aldos » sur son chemin de halage…« En tout cas ! » voilà l’exemple d’une réputation  faite à la va vite…

Le lendemain matin est classique, après un trop copieux petit déjeuner le départ est sonné vers 9h00. Les paysages ont changé mais n’en sont pas pour autant moins beaux. Nous traversons des plaines vallonnées où défilent des multitudes de champs de blés déjà hauts, et des tournesols encore juvéniles, le tout avec en toile de fond les Pyrènes enneigée…

Saissac ! Un vrai labyrinthe ! Et alors en Harley !! Mais nous dominons assez nos mécaniques pour être à l’entrée du château juste avant son ouverture. Inscrit aux monuments historiques, il domine depuis son promontoire rocheux le ravin de la Vernassonne, ce qui lui procure une position stratégique importante à l'entrée de la Montagne Noire, c’est purement magnifique. Il apparaît dans les textes en l'an 960, légué par l'évêque de Toulouse au Comte de Carcassonne, ça laisse tout simplement rêveur…

 Mais ne nous laissons pas aller, à la Table Cathare de Fanjeaux c’est le coup de grâce, c’est du lourd bien régional… foie gras et canard sans compter… seul petit grain de sable pour le dessert du director, heureusement bien vite effacé par les talents de fin négociateur de Frank !

Qui va un, va deux ; nous consacrons l’après midi à la visite du Château de Foix. Vu sa situation perché sur son rocher, nous comprenons encore un peu plus la vie d’antan : surveillance, droit de passage et protection en cas d’attaque ! Toujours prêt à vivre en autarcie…

Le soir même au Minotiers la sagesse est de retour, l’apéro est balayé par le vin du diner, lui même composé de poissons… La raison nous remet petit à petit dans les rails qui nous permettront, faut l’espérer, de trouver le bon compromis entre la sagesse et  l’intérêt… Enfin le lendemain l’heure du retour est sonnée, mais pas pour tous ! Alors que deux couples rentrent sur Marseille pour s’acquitter de quelques obligations, de façon improvisée le reste du groupe décide de jouer les prolongations, notamment en direction du château de Monségur … Mais ça c’est une autre histoire.

Une journée normale au Marseille Chapter

Samedi matin ensoleillé, profitons en pour faire une petite balade à la journée américaine organisée à  Sausset  Les Pins. Quelques MUSTANG, des Harley, le club des BLUE BEACH BIKERS au complet, la mer et le soleil, rien à rajouter.

Retour à la maison, un déjeuner frugal  (une soupe aux choux et du blanc de poulet… non, je plaisante ), on enfile les couleurs et direction le Casino de Cassis pour la manifestation HARLEY organisée par la concession de Marseille.

Les brothers arrivent petit à petit, Jack et Madame, Rachid, la famille PECO… Jean Marc et ses sympathiques collaboratrices sont déjà en place.

Les derniers modèles de la concession sont exposés sur l’esplanade du Casino et leurs chromes brillent au soleil, inspirant les éventuels acquéreurs qui leur tournent autour.

15H00 , les membres du Chapter sont déjà présents en nombre :  Patrice et Madame, Martine et Domi, Jean Marc et Sylvie et certains , ne pouvant résister, prennent leur tour afin d’essayer les nouveaux modèles,  Papa Noel risque de passer avant l’heure…

Mais nous ne pouvons nous attarder. Le Chapter étant très demandé, après une petite parade cassidienne, direction le stade Carcassonne à Aix en Provence ou nous rejoignons d’autres membres et la troupe au complet se lance dans un tour d’honneur (à l’exception de Luc et Line qui en font deux, ah ceux la !!) afin de saluer l’entrée sur la pelouse des joueurs de football américain des Argonautes, tour d’honneur bruyant et très applaudi, chauffant l’ambiance avant le coup d’envoi.

Une fois les motos alignées devant les tribunes, nous nous installons dans les gradins pendant que Patrice nous explique les règles de ce sport.

Sport physique mais très haché, heureusement un sympathique buffet nous permet de patienter pendant les arrêts de jeu.

Deux heures de match après et la victoire des Argonautes confirmée (merci Difeinse...), la troupe repart dans un concert de sirènes après que le médecin de la troupe ait fait usage de ses compétences pour ramener à la vie la moto de votre Editor.

Notre Director nous invite à boire un verre à Aix, ce que nous nous empressons d’accepter afin de prolonger cette belle journée dédiée au Chapter et aux amis. 

Merci à tous et  surveillez le site : très bientôt Journée Chateauneuf  le Rouge, sortie Camargue, puis Lugano and so on !!!!  Les membres du Chapter sont  débordés.

Votre dévoué Editor

Jean Claude 

Sortie Surprise

Pour une sortie surprise nous fûmes impatients d'en connaître le contenu ...
Nous nous sommes retrouvés à 5 montures pour cette excitante nouvelle et surprenante aventure …
Ce sont joint au mini groupe 2 nouveaux futurs adhérents au chapter : gérard avec son breakout personnalisé ( superbe ) et jean-marc avec sa charmante moitié sylvie et son sportser 1200 . Après une première prise de contact, bizouillages matinaux... nous avons appris par notre vénérable director que le contenu était les gorges du verdon ...Super !

C'est avec un beau soleil que nous sommes partis à l'assaut des virolos bien connus du verdon .
Un belle occasion pour les « petits nouveaux » de faire connaître à leur monture l'ambiance sympathique du chapter.

 Pause café, viennoiseries à l'ancien pont Mirabeau ...puis nous voilà repartis en direction de Moustiers suivant le Road King « toussotant » du Director qui ma foi a encore démontré son excellente maitrise . Oui ça confirme encore qui est le patron ;-) !

La route défile avec un soleil enchanteur et éveillant tous nos sens ! Nous arrivons en vue de Moustiers que nous laissons sur notre gauche pour enfin « attaquer les gorges » après un court arrêt pour alimenter les nouveaux pur sang de Jean-marc et Gérard .

Nous voilà donc sur les premiers virages, nous allons croiser une multitude de motards qui comme nous ont décidé de profiter de l'excellente journée.

Nous passons à côté du point sublime qui porte bien son nom … Au fil des virages nous en prenons plein les yeux et les narines . Arrêt à LAPALUD/Verdon pour satisfaire nos estomacs qui commençaient à crier famine … Un bon resto où nous avons pu nous alimenter copieusement, patrice expliquant aux nouveaux le fonctionnement et la philosophie du chapter .
C'est pas tout mais fallait partir car nous sommes pas du coin . Reprise donc de la route pour faire les gorges en sens inverse, ce qui fait que nous sommes passés sur le pont de l'Artuby où nous avons fait une bonne pause pour admirer cet endroit . Nous n'avons pas pu faire le grand saut abyssal faute d'élastique ... sinon en bas ça aurait fait désordre .Humm !
Cela a également été l'occasion de rencontrer d'autres Harléistes qui venaient de Bordeaux ( peuchère ) avec de très belle machines qui nous ont laissé admiratifs !!

Bon c'est pas tout mais va falloir rentrer. Et encore une superbe route avec virolos qui s'enchainent les uns derrière les autres au point d'en avoir le tournis !
Encore un petit arrêt à VINON pour nous désaltérer, il n'y a pas que nos montures qui avaient soif . Nous avons d'ailleurs été servis par une très sympathique « jeune demoiselle » qui avait une « touche » avec notre director …mais en garçon sérieux il n'a pas donné suite :-).

Allez trêve de plaisanterie il va falloir rentrer maintenant . Nous enfourchons nos montures et nous voilà repartis la tête pleine de belles images, les narines pleines de bonnes odeurs printanières. Nous enchainons les kilomètres avec bonheur et sérénité .

Un dernier arrêt à AURIOL pour nous séparer avec la grande satisfaction d'avoir passé une excellente journée en compagnie de tous les présents du moment. Espérant que cette journée aura été décisive pour les nouveaux arrivants qui auront pu profiter du bonheur de rouler ensemble, de façon conviviale, ludique et sans prise de tête.

A bientôt sur les routes pour de nouvelles aventures

Roger et Babeth

Sortie Piquenique

Dimanche 23 avril, jour d’élection, la majorité a voté Marseille Chapter et a prévu de se retrouver sous un beau soleil, place du Centenaire.

Oubliés les Macron, Melenchon, Fillon et toute cette stérile gesticulation, retour aux valeurs sures : les brothers et le V TWIN.

Rattrapés et réveillés par le doux bruit ( !) du SLIM de Thierry, nous arrivons en vue du point de ralliement ou se pressent déjà quelques bikers impatients :

Gégé et sa belle orange

Les inséparables Heritage Boys Gérard et Dany ( et mesdames)

Franck et la délicieuse Mathilde (tiens, tu as rajouté des drapeaux.. à ta moto !)

 

La place se remplit au fur à mesure que l’heure avance. Dix huit motos et une trentaine de membres sont réunis (l’abstention, on ne connait pas au MCS)  mais toujours pas de Director et de First Lady.

 

Ah, si, les voila…oups, presque, le Road King cale à 3 mètres de la ligne d’arrivée et refuse le dernier obstacle. Heureusement, l’insistance de Patrice l’emporte et suite à un dernier soubresaut, le groupe a enfin récupéré son guide.

Ca y est , le compte est bon à l’exception de Patricia et du chatoyant Serge qui nous préparent un accueil à l’Argentière.

Deux groupes s’organisent : le premier dirigé par Patrice et fermé par Thierry, le deuxième, dont nous faisons courageusement partie, s’aligne derrière Gégé. Ce groupe, aussitôt rebaptisé Le NOMADE MARSEILLE CHAPTER sait qu’il a peu de chance de voir la plage de l’Argentière avant le coucher de soleil mais reste fidèle à son guide.

Et nous voila partis vers l’infini et au delà….

 

Le premier groupe se met en route , faisant rugir les moteurs et laissant dans l’air marseillais, une odeur de napalm au petit matin, ça sent la victoire …

Puis nous nous élançons, confiants en notre étoile sur l’autoroute direction Roquefort La Bédoule.

Apres nous être recueillis devant la demeure sanctuaire de notre directeur, nous entamons nos premiers virages sur les hauteurs direction La Ciotat et son bord de mer.

Puis révision de quelques ronds points (15 exactement) entre La Ciotat et La Seyne sur Mer, le dernier étant fatal pour Gégé et son groupe.

Et c’est là que tout a commencé par une matinée claire, le long d’une route solitaire de campagne alors que Gégé cherchait un raccourci que jamais il ne trouva.

Mais notre guide, plein de ressources, nous amène finalement à bon port, à savoir la station service de La Londe, ou nous rejoignons la bande à Patrice ; et c’est là que Gégé, mandaté par Patrice pour conduire l’intégralité du groupe à la destination finale, va prendre sa revanche.

Aussitôt demandé, aussitôt fait, Gégé démarre, suivi par quelques irréductibles, laissant sur place le gros de la troupe (enfin, pas gros, légèrement enrobé !).

Le petit groupe se retrouve rapidement à destination, accueilli par Patricia et Magnum.

Nous installons nos vieux os au soleil en attendant l’arrivée improbable du reste du MCS et attaquons la collation.

Trois vodkas martini, mélangées au shaker, pas à la cuiller plus tard, les voila enfin.

Le pique nique peut commencer, ces dames, aux petits soins pour leurs hommes, font circuler leurs préparations : cakes et desserts faits maison, c’est fin, c’est très fin, ça se mange sans faim…

Une fois engloutie la dernière bouchée du cake à la confiture de Line, le groupe se scinde naturellement en deux :

Les sportifs s’éloignent, emmenés par notre juge arbitre impartial et filloniste !! pour un concours de boules aux accents pagnolesques, les intellectuels, si, si, s’allongeant au soleil pour méditer.

 

Mais rejoignons nos amis boulistes.

Patrice ayant enfin réussi à composer 4 équipes de 8, les parties s’engagent et très rapidement et curieusement, l’équipe de Patrice, arbitre et capitaine, prend l’eau et baise Fanny et ce malgré les décisions très orientées imposées par l’arbitre (la vidéo ne devrait pas tarder à faire son entrée dans ce jeu ).

Je ne dénonce pas, j’évoque…

 

Heureusement les parties suivantes sont plus disputées et en finale, l’équipe de Martine (tiens, l’épouse de l’arbitre) décroche le GRAAL.

Doit- on y voir un signe du destin ?? C’est pas faux !!!

Ce concours étant richement doté, Martine peut remettre dans les sacoches du Road King une bonne partie des lots apportés par Patrice.

Devant le froncement de sourcils général et afin de détendre l’atmosphère, Patrice nous annonce « je fais une fête chez moi ce soir, ça vous dirait de ne pas venir …cassé !

Devant le refus poli de la majorité silencieuse, la troupe se reforme et hasta la vista , baby, direction Sollies Pont.

 

Ce n’était pas encore l’été mais une belle journée de printemps ayant regroupé une trentaine d’amis qui ont pu prendre des couleurs et chauffer les machines avant les grandes manœuvres de l’été.

 

Les plus perspicaces et surtout les plus anciens auront surement noté la présence de quelques citations issues de notre patrimoine télévisé ou cinématographique.

En partenariat avec la concession Massilia, le MCS propose un concours : un prix sera offert à celui ou celle qui aura reconnu et nommé les films ou séries comportant les citations qui se seront glissées dans l’édito.

Concernant le prix, Jean Marc hésite encore, au moment ou nous mettons sous presse, entre le dernier Road King exposé à la concession et le nouveau pins de ladite concession. Dites moi pas que c’est pas vrai !

Vous serez tenus informés de sa décision.

Bonne chance à tous et à bientôt pour les grandes manœuvres d’été !!!!

Sortie Haut Var

Le Lundi de Pâques, nous étions 5 motos ,nombre réduit mais la qualité y était,
le vent nous a poussés sous la direction de notre Directeur préféré jusqu'au lac de CARCES.
Au déjeuner habituel nous avons en prime les oeufs de PAQUES  
Au bruit de nos machines , les lapins et les sangliers nous ont laissé la priorité.
Nous avons péché le repas de midi,  puis halte dans une auberge en bordure du lac  ,l'accueil et le repas étaient excellents.
Serge ne nous a pas fait de caprice car il a eu droit à son agneau pascal et Patrice a suivi son régime habituel.
Nous avons traversé les forêts domaniales de notre belle Provence, pour arriver en fin d'après midi à la Sainte BAUME
et  là" miracle" nous avons été bénis par un groupe de "bonnes soeurs"
Les oiseaux se sont tus au bruit de nos machines et Serge a pu raconter ses histoires
EN résumé , une très bonne journée à ajouter à notre actif
GINETTE

Copyright(2013-2014)- Marseille Chapter