Les Causettes

Les causettes

 

Peut être que cela fera monter le compteur kilométrique du Marseille Chapter, mais moi j’y ai plutôt senti les frémisses d’un mouvement d’insurrection…

Il faisait bon de se promener samedi soir sur le Cours Julien, au cœur de notre vielle ville de Marseille, mais c’est là que tout à commencé :

Elles se sont rassemblées, isolées, puis ont débattu ! Je ne peux pas vous dire de quoi puisque l’entrée de l’Espace Julien m’a été interdite ! Par contre après, à l’extérieur, j’ai tout vu, elles ne se sont pas gênées pour nous dévoiler jusqu’où elles avaient l’intension d’aller !

Les unes après les autres elles ont enfourché un monstre d’acier préalablement neutralisé sur un système à rouleaux. Puis à tour de rôle elles ont testé leurs capacités à maîtriser les chevaux de la machine ainsi rendue inoffensive, et le comble c’est qu’elles ont agi avec la bénédiction d’Harley !

 

Une nuit très agitée plus loin, sous le pommier je me prends à nouveau à espérer… Tout semble en ordre, Les motos arrivent pour la plupart surmontées d’un couple.

Cette fois le directeur tranche, un groupe jaune ! Un groupe rouge !

Après le rituel des retrouvailles nous voilà à l’assaut de la Gineste. Lorsqu’au détour d’un lacet exclusivement  chargé d’Harley, comme une évidence l’expression « rouler ensemble » prend tout son sens.

Cassis, La Ciotat… Six-Fours, puis pose au Cap Sicié pour belle vue et photo de groupe. Grand merci à notre road Captain adoré pour son choix des routes, même si contrairement à l’annonce de la sortie nous n’avons pas vu Le Brusc !

Descente jusqu’à la plage des Sablettes pour prise de boissons chaudes ou fraîches selon envies. J’y ai vu passer un morceau de tarte aux pommes d’Henry, intercepté un beignet fourré au chocolat destiné à Joëlle, tant pis…

Ont enchaîné les corniches de la rade de Toulon, plages sauvages, ports miniatures, maisons sur pilotis, bateaux de guerre (Brrr…), une traversée de ville sans encombre, puis direction Le Beausset. Quelle belle image sur le plateau du Castellet avec toutes nos bécanes en enfilade… Mais après cet avant goût de printemps, Dame Nature nous rappelle lentement que nous sommes encore en février.

 

Nous nous séparons tous à Aubagne après une dernière accolade, et en rentrant je ne peux m’empêcher de penser :

A vous nos tendres épouses ou compagnes, légitimes ou non, je vous souhaite bien du courage  mesdames ! Car en ce qui nous concerne nous les hommes, nous nous imaginons tous avoir dompté nos engins, mais en réalité je crains fort que ce soit eux qui nous aient ensorcelés…

Maintenant vous ne pourrez plus dire que vous n’étiez pas averties.

 

Robert AÏSA.

 

Copyright(2013-2014)- Marseille Chapter