La Lozère

Lozère’Pearls

Comme d’habitude l’aventure commence à l'aire de Rebuty Agip Martigues.

Sous fond d’assourdissants coups d’accélérateurs se rassemblent les 20 monstres d’acier montés de quelques 36 bikers, le ton est donné…

Tout le monde trépigne, l’appel du large ! Des grands espaces ! Le désir de liberté sans doute ! Mais pas tout seul, avec témoins, en groupe, comme pour mieux l’exalter…

Alors comme les gommettes vertes, les violettes s’alignent ensembles, puis le long convoi se met en mouvement…

Entenaillés entre Jean-Claude et Gérard pour le premier, Patrice et Jean-Paul pour le second, l’air se fait sentir sur les visages réjouis, il fait bon, tout va bien, maintenant plus personne n’est pressé.

Martigues, Fos-sur-Mer, Arles, puis le traditionnel café des deux Martines…

Je les cite pour qu’elles se sentent obligées de le préparer à chaque sortie, d’ailleurs je ferais mieux d’ajouter que c’est bien sûr sous l’autorité de notre vénéré Director, et que c’est lui qui offre les viennoiseries.

Nîmes, Quissac, Saint-Hippolyte-du-Fort, La Salle, les paysages défilent, ils se distinguent de nos classiques garrigues en évoluant vers quelque chose de plus montagneux…

Mais qu’est ce qu’on s’élève dans ce pays ! Où sommes-nous ? N’y a-t-il pas que les Alpes et les Pyrènes en France ?

Saint-Roman de Tousque, bonne nouvelle ! Enfin le ravitaillement ! Accueillis à l’Auberge « La Patache » nous dégustons local : charcuterie ! Canard ! En deux mots le propriétaire me fait comprendre qu’ici c’est simple : il faut aimer la solitude, la pêche et la chasse, mais à la lueur de ses yeux je comprends qu’avant tout c’est l’authenticité qu’il apprécie…

Repus nous nous lançons à la conquête de la Corniche des Cévennes située entre Saint-Jean-du-Gard et Florac. Mais que c’est sauvage, que c’est vert ! Chaque virage nous réserve son lot de surprises, les panoramas découverts sont tous plus somptueux  les uns que les autres… Des paysages contrastés s’enchaînent, le sentiment d’immensité encore vierge émerge dans nos esprits, serions nous bien à côté de chez nous ? Nous ne comptons plus les cols de plus de 1000 m, qu’elle est « Royale » cette route ! De Nîmes à Saint Flour, à travers le Gard et la Lozère…

Au beau milieu du Parc National des Cévennes, à la sortie de Villefort, dans la Résidence hôtelière des Sédariès nous prenons possession de nos appartements pour la nuit. Cependant tous alléchés par l’atmosphère ombragée des terrasses aperçues au passage de la petite ville, bien vite et même sans douche ! A pieds ou en Harley ! C’est l’assaut des débits de boissons ! La chaleur estivale a mis à l’épreuve les organismes qui sans hésitation choisissent la réhydratation à l’hygiène…

La soirée devait se passer sans éclat, apaisés par ces kilomètres de choix, les corps fatigués ne demandaient pas plus que le bon repas à base de canard agrémenté de son introduction au foie gras… Pourtant en organisant un pari sur la finale de la Ligue des Champions entre le F.C. Barcelone et la Juventus de Turin, Jean Claude sème la zizanie en réveillant les certitudes des plus footeux...  Y a-t-il une logique ? A en croire les commentaires du résultat : non. Tous les avis étaient fondés, le seul hic c’est qu’il fallait un vainqueur… Alors les excuses, les bonnes raisons et même les mauvaises ont fusé dans tous les sens, mais il y a eu qu’un perdant pour vingt gagnants ! Ou presque…

Après une nuit et un petit déjeuner eux sans problème, à nouveau le départ et plein de bon sens celui là ! Car après une seule journée de route et malgré un malveillant mélange de gommettes, l’habitude l’a largement emporté sur la rigueur, une nouvelle preuve que l’homme peut être doué de raison…

Nous commençons par la visite du château de la Garde-Guérin avec son village médiéval, puis malheureusement l’amorce du  retour  se fait sentir…

A mieux y regarder je m’interroge, qu’il est beau ce lac, qu’elles sont belles ces gorges de l’Altier aux vertigineuses falaises ! Et puis avec leur aquaculture, leur pêche, leur production électrique, leurs randonnées, leurs canyonings, et j’en passe… Que leur manque t-il ? Je comprends mieux le barman d’hier qui tenait tant à ses produits locaux, sans doute sa façon à lui de préserver son si joli patrimoine…

Et le long du Gardon de Saint-Jean nous découvrons aussi des temples, des églises, des châteaux ! Mais que c’est merveilleux la Lozère !

De son côté Franck complète sa formation, il part toujours le dernier pour s’entraîner à remonter la file, ce n’est pas sans danger j’en sais quelque chose… Je pense qu’à ce rythme il devrait bien vite acquérir ses derniers galons…

Dernières cartouches à Ales, nous nous sentons encore nous même dans le Relais des Motards de Jean Paul, l’ « Artur café » et ses lazagnes !

Puis tout s’enchaîne trop vite, pose refroidissement des organismes peu après Arles, et retour à la case départ.

Nos motos se sont montrées exemplaires !

Une fois de plus Jean Claude nous en a mis plein les yeux !

Vous trierez vous-même les Jean-Claude et les Jean-Paul…

Et :  “ RIDE TO LIVE – LIVE TO RIDE”

 

Robert Aïsa

Copyright(2013-2014)- Marseille Chapter