Virée à St Tropez

Virée à St Tropez

« Et Dieu créa la Harley »

 

Nous voilà de nouveau place du Centenaire sous un ciel bien pourri : vent, orage et trombes d’eau. Malgré ça, le Marseille Chapter est venu en nombre, les amis sont presque tous là, en moto ou en voiture (météo oblige).

Mais avant de vous narrer notre traversée des eaux pour rejoindre St Tropez par la route des mimosas, faisons un flash back sur la soirée de samedi et la superbe prestation des girls du MC, enchaînant pas de country et madison sur la glace dans un palais de la glisse marseillais, enthousiastes, trente mille spectateurs debout sous le charme de nos Ladies… et de Dominique !!

Cela dit, il faut bien y aller : en avant pour 2 heures de conduite, ou plutôt de navigation en subissant aquaplaning et vagues de submersion lors de la croisée d’automobilistes peu charitables.

Arrivée à St Tropez pour nos dix motos (bravo à nos pilotes et à leur ladies) et les voitures balais, tout ce joli monde se réchauffant bien vite autour d’une belle et copieuse table, après avoir essayé, mais en vain, de sécher blousons, pantalons et petite culotte !!

Personne ne pourra nier que la remise des couleurs à notre nouveau membre Philippe a été bien arrosée, mais il les a bien méritées, faisant partie des courageux bikers ayant bravé les éléments.

Quelques cuisses de poulet et tranches de jambon plus tard, nous voilà prêts à repartir, et St Tropez ne pouvant nous laisser rentrer sur une mauvaise impression, la pluie s’arrête au moment où Serge X. finit son deuxième dessert.

Notre troupe rassasiée mais toujours humide, part s’élancer dans les lacets des Maures pour rejoindre Marseille et son coucher de soleil.

Assurément, cette journée restera dans les mémoires des participants et vous pourrez dire avec fierté : « j’y étais »

Bonne soirée à tous, une aspirine, un grog et au lit !!

 

Et pour ne pas déroger à la tradition, 2 liens pour donner des idées à nos amis du MC 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=eNOroOT_0xc

 

Et allez l’OM !!

 

Jean Claude R.

Bandol

Dimanche est enfin arrivé. Ça y est, c’est reparti pour une nouvelle saison.

 

13h – Arbre de l’Espérance, les amis arrivent et les motos s’alignent sous un beau soleil presque printanier.  2, 3, 10, 20 motos, ils sont presque tous là :

 

  • Franck et sa moto stéréo nostalgie

  • Serge et sa rutilante moto qui perd de l’huile

  • Laure aussi est là, grâce à une efficace campagne de com.

 

Chromes luisants, cuirs et couleurs, rien n’a été oublié. Bravo à toutes et à tous.

 

13h29 – Notre Directeur arrive !!

 

On peut enfin faire rugir nos V Twins et nous voilà partis direction Bandol derrière notre Directeur suivi de notre Lady du jour, Martine, sur sa petite moto.

 

Patrice ayant apparemment séché le cours de géométrie où on enseigne que la ligne droite est le plus simple moyen d’aller d’un point à un autre, nous entraîne vers la Ciotat via la Gineste et la route des Crêtes, ce qui nous permet lors de la traversée de Marseille de tirer de leur sieste quelques marseillais assoupis sur la digestion (une vingtaine de HD déboulant dans l’avenue Ste Marguerite, c’est tout sauf discret !)

Après ces quelques virages, nous créons l’animation sur le Port de Bandol.

 

Merci à notre Road Captain, Jean Yves qui a mené son groupe à bon port (de Bandol …) malgré une cheville récalcitrante.

 

Verre de l’amitié sur le port offert par le Chapter, qui n’a pu s’éterniser autant que nous le souhaitions car, janvier oblige, le froid descend rapidement et donc, retour par le Beausset et le circuit du Castelet.

Quelle belle vision que nos machines enchainant les courbes nous ramenant vers Aubagne via Cuges, brillant dans les derniers rayons de ce soleil de janvier !

Voilà une belle après-midi bien remplie et rapidement passée.

 

Vivement Saint Tropez !

 

Et comme promis, deux nouveaux liens qui confirment que nous sommes, nous les bikers, des hommes de séduction au grand cœur. Et oui, Mesdames, savourez votre chance !

 

Grosses bises à toutes et à tous et à très bientôt pour de nouvelles aventures avec le Marseille Chapter.

 

Jean Claude R.

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=zhk3_DirK9I

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=rZ8SVlZDN28

 

AG 2016

Assemblée Générale du 17 janvier 2016

 

Chers Amis Bikers du MARSEILLE CHAPTER

 

Ça y est, c’est reparti pour une nouvelle saison de cuirs, chromes et amitié grâce à la fine équipe du Marseille Chapter. On the road again !!!

 

Cette assemblée générale 2015/2016 a été l’occasion de revoir les amis avec lesquels nous avons partagé de grands moments de camaraderie et de rigolade toute l’année 2015, de Montfort à Dauphin en passant par Morzine où nous avons eu le privilège d’admirer notre directeur en maillot de bain.

C’est également le moment de rencontrer les nouveaux venus au club, tout heureux et impatients de connaitre le plaisir de rouler au sein de la meute !!

Et un grand bravo aux membres courageux venus en moto malgré un mistral glacial.

 

Et comme le bureau de notre association fait bien les choses, nous serons sur la route dès dimanche pour une ballade de « pré chauffe » à Bandol.

L’aventure redémarre !!!

 

Donc, bienvenue à nos nouveaux amis, une grosse bise amicale aux « anciens » que nous nous languissions de retrouver et un grand merci à notre « toujours » directeur Patrice et à toute son équipe .

 

PS : à l’occasion des éditos que j’aurai l’honneur de rédiger, je vous communiquerai quelques liens Youtube vous renvoyant soit à des vidéos commerciales HD soit à des publications de passionnés HD faisant partager la joie de rouler ensemble sur nos V TWINS.

Et pour commencer l’année, je vous conseille :

 

https://www.youtube.com/watch?v=jyocDeGh7Qs

 

https://www.youtube.com/watch?v=x4mU8ZqMZPU

 

 

Jean Claude R.

miaventoux

Sortie Mia Ventoux du 8 Novembre 2015

Cher(e)s Ami(e)s,

Point culminant à 1911 m Alt, le Mont-Ventoux domine la Provence, une Sentinelle Chauve dépourvue de toute verdure qui veille sur un territoire où le paysage se fait lavande et où la vigne mûrit au soleil du midi.
Un Géant de Provence au manteau rocheux et caillouteux qui lui donne de loin l'aspect d'être enneigé et qui regarde vers les Alpes au Nord, et vers la Méditerranée au Sud.

Une ascension par Sault (84), 26 km de lacets et 1220 mètres de dénivelés, du pur bonheur Chapterrien et une arrivée enveloppée par la fraîcheur. Les vrombissantes ont mérité une pause, Marseille Chapter aussi. L'occasion de belles photos de groupe sur fond infini entre ciel et terre et une vue à 180°.

40 Chapterrien(ne)s qui avant d'atteindre ce site classé "Réserve de Biosphère" par l'UNESCO ont gloussé(e) de plaisir partagé avec leur Harley Davidson sur les belles routes sinueuses Vauclusiennes.
Entre Lourmarin et Apt voilà la fécondation entre la route et nos Harley Davidson qui s'opèrent, le passage au sommet du Mont Pointu 499 m Alt achève l'idylle et laisse place à la plénitude de l'arrivée sur Apt qui se poursuit jusqu'au pied du Géant de Provence.
Les dernières couleurs d'automne restent d'un beau visuel et signe du plaisir partagé aussi par Dame Nature à notre passage, un lâcher de feuillage çà et là sur notre chemin, telle une cérémonie nuptiale où Pilote et sa Belle sont à l'honneur.

Dans le domaine de la beauté et de l'action, on notera l'excellence des Ladies dans la conduite. Une maîtrise parfaite des machines, une linéarité (distance et quinconce) respectées derrière El Director hors paire à faire pâlir de honte bien des Bikers au masculin dont votre Editor dans sa "novicitude motardienne" constante.
De surcroît comment décrire le visuel offert par ces Bikeuses chevauchantes pour qui en suit les traces......
De même permettez ma retenue descriptive à l'égard des merveilleuses Muses que nos Harley Davidson font vibrer avec délectation, fussent-elles s'en endormir !

Moment attendu par toutes et tous, la pause café et ses viennoiseries. Instant de bonheur fraternel offert par nos deux exquises Martine. L'occasion d'échanger les premières émotions et partager avec bonne humeur le vaste étendu du "petit coin".

Passer des Bouches du Rhône au Vaucluse par l’arrière Pays pour qui ne flirte pas avec Bacchus, présente une émotion particulière, tel un végétarien traversant un champs de ruminants aux cuisses balayées par la fin vertébrale !
Le temps était de la partie nous offrant un ensoleillement sur toile de fond bien bleuté. Novembre n'est plus Novembre qui s'en plaindra, pas les 22 Harley Davidson en tout cas.

Les vrombissantes envahissent le parking, les places y sont rares mais rien n'arrête le Marseille Chapter.
Malaucène est aux anges, surtout le restaurant l'Abri du Ventoux, la descente de la Sentinelle Chauve a creusé les appétits et mis 40 estomacs en mode gargouillis.

Les gambettes gigotent en signe d'urgence, la course au pot commence, première étape immuable. La trésorerie à quatre mains est à la manœuvre, qui refuserait quoique ce soit à nos deux Chapterriennes !
A table l'ambiance reste à la fête, les Chapterrien(ne)s deviennent Gaulois(es).
El Director Patrice en première ligne, toujours le cœur sur la main en bon rassembleur des âmes surtout celles en solitude.
Un couple est en phase de préparation, en saura t-on plus ?. Peut être le 11 Décembre lors de la soirée de fin d'année.

Le Chapter est heureux, la joie est dans les cœurs répartie sur quatre tables et si l'alcool est banni (of course), l'eau pétillante fait son effet.
Une fois de plus la magie fraternelle a opéré et c'est cela avant tout le Marseille Chapter.
Des Harley Davidson, des Hommes et des Femmes unis par cette envie de se retrouver ensemble au rythme des deux cylindres en V à 45°.

Tout a commencé à la Station Agip Célony, en ce matin du 8 Novembre tout de clarté, prélude d'une belle journée annoncé.
Point de rencontre habituel où se mêlent les premiers sourires, la joie des retrouvailles et pour certains le départ des premiers tours de roue Chapterrien.

Une bien belle balade qui restera en mémoire et même si celle-ci termine l'année, elle est bien loin d'en être la dernière !

Avec toute mon Amitié

Franck ATTOYAN

Foulée ressource

La Foulée Ressource - Samedi 10 Octobre 2015

Cher(e)s Ami(e)s,

A l'appel de l'Association Ressources, les plus courageux s'étaient levés tot pour rejoindre le Village de la Foulee Ressources.
Leur mission consistait à organiser des baptêmes de moto pour les nombreux enfants présents .
Ces trois mousquetaires, au nombre de quatre comme dans le roman, ont assuré leur mission avec enthousiasme, bonne humeur et ont assuré une cinquantaine de baptême de Harley sous les flashs de photographes....

Apres un frugal repas, ces valeureux représentants du chapter on été rejoint à 13h30 par le gros de la troupe.
Le briefing avec le responsable de la course a attribué le rôle dévolu à chacun : les VIP désignés ( Patrice,Jacques,Gérard) ont eu le privilège d ouvrir la course des 1200 coureurs ou de transporter des photographes ou officiels ...
Pour les autres, leur mission consistait à sécuriser des rond point ...
Votre serviteur, s'est contenté d'attendre sur le site pour le transport du médecin urgentiste qui n'a pas eu à intervenir heureusement.

N'oublions pas les coureurs du Chapter qui ont abandonné leur engin vrombissant le temps de la course soit  5 ou 10 km pour les plus courageux...
Et une mention particulière, of course !!!, pour nos Chapterriennes qui ont su allier beauté et effort !

Un soleil magnifique avait décidé de nous accompagner tout le long de la journee, et la bonne humeur etait de la partie.

Rendez vous à tous pour l année prochaine et encore plus nombreux.

Philippe ORTS

Les Clues de Barles.

Cher(e)s Ami(e)s,

Vive les bandes blanches de l'autoroute, merci à elles d'avoir permis aux Chapterrien(ne)s venant de Marseille d'atteindre la base de ralliement Agip Célony.
La Cité Phocéenne et ses voisines ont rarement connu un tel brouillard.
Mais rien n'arrête les Harley Davidson, sauf la pluie pour certaine, le ciel l'a compris qui en ce 7ème jour à mis ses hallebardes au repos.

Les machines sont belles (pas que) et offre un agréable effet sur le parking de la station.
Une Chapterrienne pilote (ça existe aussi, d'ailleurs elles étaient deux !) rêve de changer sa monture, dusse t-elle regretter sa belle robe pailletée.
Qui osera lui avouer de ne point s'en soucier car à vrai dire, pour l'une comme pour l'autre, assise sur leur Harley, ce n'est pas sur les machines que se porte les regards.

22 âmes prêtes aux plaisirs du road et 26 roues en chaleur avides de les y porter.
El Director Patrice au commande, El Safety Jean Yves à la manœuvre et El Secretary Dominique au bien être, que vouloir de plus ?

Le petit bouton est écrasé, les Harley Davidson sont en branle, Meyrargues, Le Pont Mirabeau, Saint Paul les Durance s'enchaîne, la route est belle, Vinon est traversé et voilà le moment tant attendu ; La pause café.
Les Martine sont irrésistibles, les thermos sont sabrés ou presque, les petits gobelets tendus et tout fumant encore, la coulée réveil-matin est servie accompagné de viennoiseries qui nous tendent leur croustillante robe, que vouloir de plus ?

Oraison, Dabisse et nous voilà traversant Les Mées sous le regard des Pénitents, des beautés qu'Obélix aurait appréciées.
Malijai est atteint, Mallemoisson est en approche, la chenille ralentie, limitation de vitesse oblige, mais surtout et pour cause, un angle droit à gauche toute.
Les ventres gargouilles, les esprits sont dans la marmitte, les regards happés par le paysage, une palette de couleur chaude, le manteau d'automne fait son show.
Les Harley vrombissent sans pareille mesure, la route s'incline, quelques cailloux veulent jouer avec la gomme mais c'est sans compter avec la maîtrise des pilotes.
Thoard est traversé en même temps qu'un Chapterien Dignois rejoint le groupe. Le chemin devient étroit et l'inclinaison devient raideur, les machines n'aiment pas le jeu première seconde et vice versa mais elles assument.
On le sait Harley Davidson craint dégun.
Dernier virage qui à failli presque provoquer un petit couché de monture, plus de peur que de mal et c'est l'entrée de la propriété de la famille Wisner, une auberge mais aussi chambres d'hôtes "La Banette".

La bâtisse est en fait une ferme avec ses dépendances (chambres d'hôtes) et son positionnement sur une bute privilégie une vue type carte postale à laquelle adhéreront incontestablement les 4 ânes et le chien (marque inconnu) de la maison.
Les deux salles de restauration dont l'une possède une superbe cheminée grandeur mouton en broche, recèlent de multitude objets de la ferme et des près, on y trouvera même une crèche en santons, sans parler des deux petits moutons empaillés (des jouets à vrai dire, hic !).

Un repas entièrement made in terroir. Le cochon pour la rillette et le paté, le potager pour le flan de fanes de radis et le velouté de potimarron ainsi que les pomme de terre au four, la basse-cour pour le canard au vin rouge et les bois environnent pour les champignons. Pour finir, un moelleux aux amandes pour le dessert fait maison of course.
Des mets bien appréciables dans un monde de congélation, de sous vide et de boîte de conserve. On regrettera simplement que le sel ne pousse pas dans la propriété.
Pour le reste Chapterrien restant Chapterrien, un repas c'est toujours un festoiement.

Le ton est donné, un Chapterrien fort du coffrage (pour l’anonymat on ne nommera pas JL) est au porte-voix. Un humour zeste provocateur, des mots à faire rougir Molière et voilà une tablée en délire.
Inter-activité oblige la parole circule, le son monte en puissance et la rigolade est totale. On surprendra un bref échange, "les Chapterriennes sont des sirènes".
Merveilleuse image, les belles s'en réjouissent mais pas pour longtemps, la définition tombe; "moitié femme moitié thon !". Cruel le beau Serge mais incomparable !,
L'histoire ne révélera pas si sa courbe de température fût honorée durant la nuit qui suivit. Cela ne nous regarde pas, mais il semble que son adorable Muse préfère la piscine à l'aquarium.

Les aiguilles tournent le retour se presse. Luc, natif du cru est à la barre, direction Digne par le Col du Pas de Bonnet.
Un régal pour les yeux, pour les machines, un après repas idéal pour une digestion sereine en douceur au rythme des courbes et des virages.
Quelques flaques d'eau ornent le sol, rien de mouillant, El Secretary Dominique fait la Grenouille, hop montée de jambes !. une vision de dos exquise surtout sur un breakout.
Le village de Champtercier orné de sa belle église est traversé, Digne est en approche.
14 Harley Davidson ne passent pas inaperçues et les Dignois ne diront pas le contraire.

Les Clues de Barles (attention à la prononciation ça change tout) un petit tour sur internet pour la définition;
" une Clue est un passage presque «clos», ouvert généralement par le travail de sape d’une rivière" et pour la présentation;  
" Les Clues de Barles ont été ouvertes par le Bès, dans une barre calcaire datant de la fin du Jurassique ou du début du crétacé inférieur, soit entre 155 et 140 millions d’années. La rivière s’est frayée un chemin à travers des couches verticales, très épaisses, en profitant des fragilités de la roche ".

Un véritable régal à tout point de vue, une atmosphère particulière doublée d'une impression lilliputienne, et des passages étroits creusés dans la roche.
Un cheminement qui rend humble et place la nature au centre du cercle.
Le Bès avait la rage, et témoignait d'une abondante eau tourmentée et boueuse, alimentée par de précédentes fortes pluies.
Le plaisir était aussi à l'écoute, celle de nos vrombissantes dont le canyon faisait écho.

Barles et Verdaches sont traversés, la route principale (Digne-Barcelonnette) est rejointe, le retour se fera par le Col du Labouret, 1240 mAlt., suivra Beaujeu et longeant la Bléone, La Javie sera traversée.
Arrivée à Digne, un petit au revoir au Chapterrien Dignois et El Director reprend les commandes pour un retour au bercail, repos bien mérité.

Une halte à Mallemoisson, le plaisir d'une boisson chaude avant de se séparer pour les uns, et pour d'autres le moment du au-revoir, sans oublier pour un Chapterrien qui sait se faire entendre (encore lui !), l'occasion de ménager des valseuses endolories coincées entre corpulence et selle.

Les Mées, Peyruis, Peyrolles et une fin autoroutière pour chacun.

Le Club Marseille Chapter compte une nouvelle âme au regard pétillant de féminité,
Une Belle qui en cours de route telle Mariane du haut de sa tour jetant son écharppe à qui l'aime, s'est fait remarquée.
Mais c'était sans compter sur la promptitude et l'agilité de El Safety, ange gardien, qui sauvera le Chapter d'un drame épicurien certain.

Oh pardon ! pas une mais deux âmes, j'ai oublié le pilote ! qu'il m'en excuse ......
Un couple charmant et un Softail de plus dans la chenille.

Une belle journée alpine qui nous aura fait découvrir de beaux paysages aux couleurs de l'automne, un ciel de bonne grâce et un soleil, fût-il parfois timide mais toujours présent.
Et même si certaines n'auront pas tout visionné , et oui ça dort beaucoup sur les selles arrières !, il n'en demeure pas moins qu'unanimement, vive la prochaine sortie !!!

Avec toute mon Amitié


Franck ATTOYAN

Les mines de Bruoux

Les mines de Bruoux

A la recherche des mines d'ocre !!!

Par une belle journée ensoleillée, idéale pour cruiser avec plaisir, nous nous donnâmes rendez-vous à la station AGIP celony, bien connue des chaptériens et chaptériennes.

Les cieux étaient donc avec nous et les symboles aussi, voyez donc :

  • 13 septembre,

  • 13 bikers

  • et le jour de la Saint-Aimé

Cette journée sous les protections divines fut pour nous l’occasion d'accueillir Elisabeth et Roger, charmant couple souhaitant s'essayer aux sorties chapter.

Patrice, notre directeur donna les consignes de sécurité à Roger et nous pûmes enfin faire rugir les mustangs. Les chevaux s'exprimaient enfin et l'alternance « gauche » puis « droite » sur la chaussée semblait digne de figures du Cadre Noir. Le chemin nous mena à Pertuis puis nous dûmes stopper les montures à proximité de Villelaure pour ravitailler.

Quel fut notre plaisir de partager un café et des viennoiseries au milieu de nulle part, entourés de champs, de vignes, sous un soleil bienfaiteur et surtout entre amis.

Les « pur-sangs » reposés (on ne dira pas lesquels), nous remontâmes en selle vers Cadenet avec quelques Autruches sur notre gauche, puis Lourmarin, quelques gorges magnifiques, des champs de lavande en contrebas et enfin « Buoux » ! Nous nous arrêtâmes au centre du village devant le plan du coin. Mais où étaient donc les mines d'ocre ? Bon sang, mais bien sûr : pas Buoux, mais Bruoux.

Notre ami Thierry, originaire du coin nous indiqua que les mines étaient de l'autre côté de la colline à environ 30 minutes. Il prit donc le commandement du groupe et nous mena à destination. A l'arrivée, nos montures foulaient le sol de couleur ocre et sur notre droite apparaissait l'entrée des mines d'une hauteur de 40 m.

On nous remit de magnifiques casques verts pour reconnaître le groupe dans les mines (bon en même temps, dans le noir on ne voit plus trop les couleurs...) et des badges numérotés pour ne pas se perdre dans les 40 km de galeries.

Après un petit briefing de présentation sur la grotte (je vous invite à visiter le site sur internet pour en découvrir l'histoire : http://www.minesdebruoux.fr/), notre guide désigna Dominique comme volontaire d'office pour faire le safety de la grotte. Le choix s’était porté judicieusement sur le plus grand d'entre nous, car le guide pouvait le voir à l'arrière du groupe.

Au fil des explications, le guide sélectionna Patrice (mdr) pour venir constater que la roche était dure, ce qui expliquait que les mineurs ne progressaient que de 60 cm environ par jour, à coup de pioches.

« - Patrice, viens tapoter sur la roche et nous dire ô combien elle est dure. »

Patrice s'exécuta et gratta la roche.

« - Ben non, elle n'est pas dure, elle est même friable » répondit Patrice (rires)

« - Patrice, viens à nouveau et dis leur qu'elle est dure cette roche. » reprit le guide.

Patrice confirma sa première impression.(rires) Le guide lui murmura des incantations à l'oreille. Patrice frappa à nouveau sur la roche...

« - Je n'ai jamais vu une roche aussi dure ! » s'exclama t'il d'un air convaincant.

Nous croisâmes un ancien mineur, mort depuis des décennies, qui portait le numéro 13 (encore ?). Et justement, le numéro 13 était porté par notre nouvel arrivant « Roger ». Pour qu'il ne lui arrivât pas pareille déconvenue, le guide lui demanda à plusieurs reprises de lever les deux bras en l'air pour être sûr de sa présence. Ce fut un succès. Il ressortit avec nous de la mine.

La visite terminée, nous remerciâmes le guide pour sa prestance. Son rêve est de faire entrer la mine de Bruoux au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Alors n'hésitez pas si vous voulez l'aider. Allez sur « tripadvisor » et écrivez un avis.

Nous rejoignîmes nos montures. En selle, direction le Colorado provençal ou une agréable terrasse nous attendait sous les canisses. Nous nous installâmes et la patronne, marseillaise avant tout, nous avait concocté un repas sympa qui nous permit de reprendre des forces avant le retour.

Les mustangs bien reposés étaient prêts pour une nouvelle cavalcade. Nous prîmes la route des chênes, fîmes deux petits tours d'un rond point (initiation des nouveaux obligeait) et nous passâmes à proximité de « Perrotet ». Fîtes vous le rapprochement avec l'info du matin?

Et oui, ce ne fut pas le hasard si Thierry avait pu nous guider de Buoux à la recherche des mines d'ocre de Bruoux le matin même. C'est bien de son nom de famille dont il s'agit. Nous étions sur ses terres.

Nous continuâmes notre route en suivant la voie romaine, Apt, Cereste, les Granons lorsqu'en chemin les premiers chevaux passèrent sur une « canette de soda écrasée... ! » et les derniers sur l'étrier gauche de la monture de notre Directeur.

Les safeties s'arrêtèrent et pendant que Thierry alla ramasser la pièce métallique, Dominique cravacha pour rattraper et arrêter le groupe. Les montures à l'arrêt, Thierry nous rejoignit avec la précieuse pièce de métal.

Nous repartîmes vers Mane, Forcalquier, la Brillane-Oraison, longeâmes la Durance et nous arrêtâmes à Vinon pour un dernier ravitaillement. Le groupe allait alors, repartant, se séparer au fil des kilomètres, chacun retrouvant son corral, avec plein de beaux souvenirs dans la tête.

Puissions nous chevaucher encore longtemps nos « pur-sangs » sur nos routes et celles d'ailleurs !

Merci à toutes et à tous pour cette magnifique journée.

Pour nos editors,

Dominique

Solidarity Day

Cher(e)s Ami(e)s Chapterrien(ne)s

Nul doute qu'au plus haut niveau des cieux, on aime Harley Davidson.
Des éclairs qui donnent du jour à la nuit, des trombes d'eau à couper la visibilité, éveiller les moindres ruisseaux en torrenst et un vent à jouer avec les tuiles.
Tel était le menu dès 5h du matin et puis, et puis, et puis plus rien de cela à 8h30 !!! Fini de s'interroger moto ou voiture, cela sera moto. Le bonheur !

Rendez-vous 9h30, Arbre de l'Espérance (comme quoi !) au Parc du 26ème Centenaire de Marseille.
Huit Harley Davidson que rien n'effraie, avides d'aventure Peace and Road.
L'heure du départ sonne et voila la belle orange qui pointe son 'nez de cochon".
Son pilote toujours la mouche à la Dartagnan arbore un heureux sourire.
A ses cotés, d'un penché de tête, les mains soulevant le casque, une blonde chevelure fait son effet, des boucles, volume coiffé décoiffé qu'une main balaye pour découvrir un visage arborant un délicieux sourire.
Peu importe si le blond n'est pas au naturel et que la tenue motard ne se prête pas au jeu, sauf à l'imagination peut être. Le Chapter a gagné une âme c'est le plus important.

Claquement du moteur Patrice, El Director, ouvre les gaz.
Destination; une bien belle Maison de Retraite situé à Six-Fours-les-Plages (83).
L'objectif, égailler l'espace d'une journée, la vie de quelques seniors. Le plaisir de faire plaisir, de faire vibrer quelques cœurs.
Le soleil l'a compris qui nous éclaire et nous enveloppe de sa chaude lumière.

Avenue du Prado et son enfilade de feux rougex, Boulevard Michelet, rebelote avec les feux et c'est la Gineste qui s'ouvre à nos machines.
Un panel de courbes et virages, le parcours privilégié de tout essayeur d'Harley Davidson. Malheureusement aussi de quelques inconscients que la Timone aura tenté de remettre en vie.
Au sommet 326 m Alt, une vue imprenable sur Marseille Sud Est et le départ de belles ballades sur le massif des calanques.

Arrêt sur le parking et le moment tant attendu; la douceur des viennoiseries et le petit noir, réveil avant l'action. Un moment amical toujours aux bonnes grâces de nos deux Martine, la perfection au féminin de la substantifique moelle à l'écorce !!!
Tout peut être dit sur le plaisir de posséder une Harley Davidson, mais rien ne vaut le bonheur au féminin.
Brigitte, Line, Martine, Martine, Mathilde, Michèle, Peggy et Nathalie étaient là.

Le timing est respecté, le Chapter de Marseille est rejoint par le West Provence Chapter de Salon.
Sept rugissantes menées par Carlos, Director de ce tout récent Club siégeant à Salon de Provence.

C'est donc 15 Harley Davidson qui descendent sur Cassis, qui poursuivent vers La Ciotat, traversent Saint Cyr, contournent Bandol et arrivent à Six Four Plage.
En empruntant l'allée de l’Établissement les machines ne passent pas inaperçues des pensionnaires.
Les visages s'illuminent arborant de beaux sourires, certain curieux ou impatient voire les deux s'approchent déjà, alors que nos Harley sont encore en voix.
La Maison de Retraite Les CHARMETTES se trouve à trois pâtés de maison du village du BRUSC et son pittoresque petit port, point de départ des navettes vers l'île des Embiers.
L’Établissement privé médicalisé est de bonnes prestations, en témoigne ses infra-structures, son jardin arboré, ses salles, ses équipements, le planning des activités et surtout la gentillesse du personnel encadrant.
Frédéric BESANCON, Le Directeur, n'est pas en reste, les relations des plus amicales qu'il entretient avec les pensionnaires font preuve de son implication totale.

Pas une seconde de perdue, El Director Patrice est à la manœuvre, forcément quand le charme fait binôme avec une Harley Davidson, le succès est là !
Une pensionnaire est déjà en selle, casque enfourché et prête à faire un tour d'Harley Davidson. L'âge n'est pas un frein à la passion et au plaisir.
Un Senior hésite, mais pas longtemps, le voila qui s'éloigne accroché au pilote, à l'arrivée aucun doute, Harley Davidson a fait son effet.
Les balades s’enchaînent, certaines pensionnaires en profiteront plutôt deux fois qu'une. Les va et viens se terminent avec quelques membres du personnel.

Un buffet nous tend les bras, charcuteries à l'honneur, un plaisir des papilles, tout va au mieux pour les Chapterrien(ne)s.
La visite du SPA restera en mémoire. Un espace détente exceptionnel, un confort et des équipements à faire pâlir nos Palaces de la côte.
Les Chapterriennes sont aux rêves !, piscine aux jets bouillonnant, sauna, hammam, table de massage et autres tous pour le corps.
Il n'en fallait pas plus pour deux d'entre elles, un laissé aller sur le sofa, le corps ondulant sur le moelleux et de la voix de l'une, être prête à passer une semaine dans ce havre de quiétude !

L'heure avance, les nuages arrivent, il est temps de retrouver nos demeures.
Grâce à la Société L'Oréal, toujours sensible aux bienfaisances, le Chapter Marseille n'est pas venu les mains vides. Il a été offert à chaque pensionnaire un Shampoing Spécifique.
Un moment particulier et émouvant pour tous, mais surtout pour les pensionnaires de cet Établissement, pour qui le temps n'a pas la même durée.

En remontant sur nos machines, les « au revoir » en disent long sur la réussite de cette journée.
Un Solidarity Day à renouveler donc.
Bien au delà d'un acte social, la relation humaine a été mise à l'honneur.
Le Chapter de Marseille prouve une fois de plus son implication dans la vie de la cité.
A l'image de nos vrombissantes qui se font entendre à leur passage, durant ce Solidarity Day c'est la voix du Chapter qui s'est faite entendre.
Prochaine étape - La Foulée Ressource - le 10 Octobre.

Au retour, une petite halte à Sanary sur Mer donnera l'occasion d'une pause rafraîchissante avant de tous se séparer au fil de la route.

Belle journée, un ciel de bonne augure, des machines toujours fidèles, le plaisir de se retrouver. Live to Ride, Ride to Live.

En écrivant cet édito, il me viens à l'esprit cette maxime qui aurait pu orner le fronton de l’Établissement.
" J'ai été ce que vous êtes, vous serez ce que je suis "


Avec toute mon Amitié
Franck ATTOYAN

La Clue de Barle

La Clue de Barle – non plutôt La Cascade du Sautadet

Dimanche 9 août 2015 – RDV donné pour un départ à 9H de la station AGIP d'Aix.

10 Bikers et leurs montures prêts à Rider, mais une inconnue : la météo. En effet, des orages sont annoncés du côté de Digne. Une décision s'impose. Le directeur avait tout prévu : « un itinéraire bis »...trop fort !

Ce sera direction le Gard, vers le soleil où nous rejoindrons la cascade du Sautadet.

C'est parti pour 200 km « aller » : St Cannat, Sénas, Orgon, tiens un resto appelé « route 66 » où nos bikeuses avaient déjeuné lors de leur sortie « filles », Bagnols/Cèze et arrivée à la cascade du Sautadet.

Une route fermée à la circulation, mais pas pour nous, bikers chevronnés. La sécurité nous laisse passer et tous les piétons qui se rendent à la cascade nous envient d'être en moto « et des Harleys en plus » diront certains.

Déjà les abords de la Cèze sont bondés de monde. Des piques-niqueurs entre amis, en famille, des jeunes qui font des concours de sauts et de plongeons dans les gorges et un espace qui nous attend, non loin de là, à l'ombre bien sûr.

Enfin, le meilleur approche. Sortons les victuailles pour un bon moment entre amis, quelques blagues, des rires....forcément et puis direction quelques mètres plus loin pour aller se baigner dans la rivière. Le temps passe....trop vite. Il faut penser au retour. Par une autre route bien sûr.

Quelques petites routes de campagne, de beaux paysages et un arrêt à Uzès pour se désaltérer en même temps qu'une course cycliste s'y déroule. Nous supportons un « ancien » qui a beaucoup de mérite de se confronter à des plus jeûnes, mais qui abandonne rapidement, puis un(e) certain numéro 36 (avec une longue chevelure blonde tressée...), mais qui finit par lâcher prise. Nos encouragements n'auront pas suffi.

Et c'est reparti vers Nîmes, puis Arles, dernier arrêt pour se dire au-revoir. Même pas de pluie, malgré les orages alentours, le pied quoi ! La cavalerie se met une dernière fois en marche. Les chevaux sentent l'écurie et chacun prend sa route pour rentrer à la maison.

Vivement la prochaine chevauchée...

Et merci à tous les participant(e)s (Anne, Mathilde, Stéphanie, Les Martine, Philippe, Franck, Jean-Marie, Patrice) pour ces moments de bonheur partagés.

 

Live to ride (vivre pour rouler)

Ride to Live (rouler pour vivre)

Copyright(2013-2014)- Marseille Chapter